Maladie de Lyme : le gouvernement semble avoir entendu le cri des patients

Après avoir reçu des associations de malades, le ministère de la Santé a promis un plan d’action national contre cette maladie sujette à polémique, que transmettent les tiques.

Encore méconnue du corps médical et de la population, la maladie de Lyme fait régulièrement bruisser la Toile. Cette infection bactérienne transmise par des morsures de tique est le plus souvent anodine, surtout si elle est traitée précocement, mais elle peut aussi avoir des conséquences graves d’ordre neurologique, rhumatologique ou encore cardio-vasculaire, sans que les médecins pensent nécessairement à établir un lien.

Les associations de patients ont de nombreux griefs à l’encontre des pouvoirs publics dans la prise en charge de la borréliose de Lyme, du nom de la bactérie responsable et du lieu où l’on a identifié ses méfaits, dans les années 1970. Elle serait mal et sous diagnostiquée en France, traitée de façon imparfaite et elle n’est pas reconnue par l’Assurance maladie dans ses formes chroniques.

Alors qu’une plainte contre des laboratoires commercialisant des tests de diagnostics et contre l’Etat est annoncée, alors aussi qu’un malade a fait une grève de la faim pour défendre son « droit de guérir », le ministère de la Santé semble avoir pris la mesure du problème, annonçant pour le mois de septembre un plan d’action national contre la maladie de Lyme. Il était temps.

• Dans son communiqué, le ministère de la Santé promet une action sur les quatre axes attendus : détection, prévention, prise en charge et recherche.

• Pour prendre la mesure de l’errance médicale à laquelle sont confrontés des patients, par exemple diagnostiqués Alzheimer à tort, on lira avec intérêt l’article de Paris Match, « Maladie de Lyme : le tueur masqué« .

• Très en pointe aux côtés des associations de malades, le Pr Christian Perronne, qui tient depuis vingt ans un discours militant plutôt convaincant, répond régulièrement à des interviews. A lire dans Match, dans Le Point, ou en vidéo sur le site Pourquoi Docteur ?.

• Sur le nombre de cas qui serait largement sous-estimé dans l’Hexagone, on pourra se demander avec L’Express, s’il s’agit de « l’épidémie qui vient ? » et sur le terrain, constater avec La Dépêche, la forte progression des piqûres de tiques.

 

Crédit photo : © jarun011 / Fotolia.com