Les promesses de l'épigénétique


Cantonnées naguère aux pharmacies des babas cool, les huiles essentielles sont aujourd’hui valorisées à l’université et à l’hôpital. Nous avons rencontré Virginie Brevard, pharmacienne aromathérapeute, pour connaître les vertus préventives de ces élixirs, mais aussi les mises en gardes et les contre-indications liées à un usage inadéquat.
Autre champion de l’anti-stress, anti-déprime et stimulateur d’immunité, le câlin est fêté chaque 21 janvier. Des câlins , des huiles de bien-être… Commençons l’année avec une bonne résolution qui sera bonne pour notre santé : être dé-ten-dus !

Edito

Depuis vingt ans, les biologistes étudient des mécanismes appelés épigénétiques, dont la connaissance nous permet progressivement de comprendre comment l’environnement influence notre « code génétique » en incitant notre organisme à moduler le fonctionnement de nos gènes. Cette compréhension permet d’envisager le développement de nouvelles approches thérapeutiques. Mieux, elle prouve aussi que nous avons un rôle essentiel à jouer dans la prévention des maladies : privilégier des comportements et un environnement sains influence directement la manière dont nos gènes vont s’exprimer. Oui, nous aurions la capacité de reprogrammer en partie notre machinerie cellulaire !
Programmer l’expression de ses gènes comme on prend un cachet d’aspirine ? On y viendra peut-être, mais avec les précautions d’usage ! D’ailleurs, ces précautions ont été renforcées par la récente décision de l’ANSM de ne plus proposer le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens en libre-service. Incitation directe à s’automédiquer avec discernement.

Crédits

Vidéo : © Ethnomedia / jcm pour Apivia Prévention
Photos : © xxx / Fotolia.com