endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques

Maux & maladies

endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques

Quand les glandes endocrines (hypophyse, hypothalamus, pancréas, thyroïde, surrénales, ovaires, testicules…), qui sécrètent les hormones, ne fonctionnent pas convenablement, cela entraine des maladies endocriniennes.
Ces hormones sont essentielles car elles contrôlent le métabolisme, c’est-à-dire la transformation des aliments en énergie. Hyperthyroïdie et hypothyroïdie sont deux des dysfonctionnements bien connus dans la production d’hormones par l’organisme.
De nombreux autres troubles hormonaux existent : un syndrome prémenstruel, une dysfonction sexuelle féminine ou masculine… ou encore un trouble naturel, l’arrêt de l’ovulation et de la sécrétion par les ovaires des hormones sexuelles (c’est la ménopause, avec ses bouffées de chaleur et ses effets sur l’humeur),

Conséquence fréquente d’une maladie endocrinienne, les maladies métaboliques ne permettent plus aux sucres, aux graisses ou aux protéines d’être transformés normalement par l’organisme. Le diabète, provoqué par la disparition des cellules qui produisent l’insuline (diabète de type I) ou par une diminution de la sensibilité de l’organisme à cette hormone (diabète de type II), est caractérisé par un excès de glucose sanguin. L’hyperlipémie (cholestérol et triglycérides), l’hypoglycémie, le syndrome métabolique (ou syndrome X) ou la goutte sont les autres maladies métaboliques les plus courantes.

Lorsque l’on consomme trop, ou bien trop peu, certains aliments, on peut développer une maladie nutritionnelle. C’est le cas pour l’obésité (dont les conséquences, graves, peuvent être un cancer ou des maladies cardiovasculaires), les troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie, hyperphagie, orthorexie…), l’anémie (aplasique, ferriprive ou hémolytique). Certaines maladies, comme les allergies, sont souvent liées à l’alimentation. On parlera alors d’allergies alimentaires (dont les fréquents symptômes sont éruptions cutanées, démangeaisons, fatigue…).

Matière plastique : c’est pratique… mais c’est toxique.

Sur fond d’interdiction des plastiques à usage unique (pailles, assiettes jetables et autres récipients à emporter), la presse s’est fait le relais d’une guéguerre twiterresque entre l’acteur Pierre Niney et la secrétaire d’état auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson, rapporteuse de la loi Antigaspillage.

Loading
Aller au contenu principal