Zika : des avancées significatives dans la mise au point d’un vaccin

Plus anodin que la dengue ou le chikungunya, qui sont aussi véhiculés par des moustiques, le virus Zika inquiète depuis qu’on le sait responsable d’affections neurologiques et de lourdes conséquences chez des femmes enceintes. Il n’existe pas de traitement, mais peut-être bientôt un vaccin.

Ces derniers jours sont tombées de bonnes nouvelles sur le front de la recherche contre le virus Zika, particulièrement virulent ces derniers mois au Brésil et dans les pays voisins. Généralement, cette infection véhiculée par certains moustiques est anodine, mais la communauté scientifique s’accorde sur le fait qu’elle peut être la cause d’affections neurologiques, en particulier du syndrome de Guillain-Barré, et surtout de microcéphalies foetales, une malformation cérébrale du fœtus aux conséquences irréversibles.

Si l’on est encore loin de la mise au point d’un vaccin, on vient d’apprendre, coup sur coup, que trois équipes de chercheurs qui travaillent sur cette urgence sanitaire avaient enregistré d’importants progrès. En France, des anticorps qui agissent contre le virus de la dengue se sont ainsi avérés plus efficaces encore contre celui du Zika ; de là l’espérance d’un traitement universel. Aux États-Unis, une équipe a annoncé avoir développé non pas un, mais deux vaccins capables de protéger des souris de la maladie, tandis qu’une autre indique qu’elle est sur le point d’engager les premiers tests cliniques de son produit sur des volontaires sains.

En attendant que les uns ou les autres aboutissent à des résultats certains, rappelons qu’il n’existe pas de traitement spécifique de l’infection par le virus Zika et que, le plus souvent, il n’en est point besoin, la maladie s’éteignant en moins d’une semaine sans grand désagrément. Ce faisant, il apparaît aujourd’hui fondamental d’en préserver les femmes enceintes. Répulsifs, moustiquaires, vêtements amples et à manches, abstinence sexuelle car c’est aussi un vecteur de propagation du virus… Tous les moyens sont bons, à commencer par le fait d’éviter les régions à risque.

 

En savoir plus :

• Le dossier très complet de l’Organisation mondiale de la santé sur le Zika

• Celui non moins intéressant de l’Institut de veille sanitaire français

• Aux premières loges, la chaîne outre-mer de France Télévision

 

Crédit photo : © Henrik Larsson – Fotolia.com