Diététique : le débat sur les protéines rebondit 

A l’occasion d’une étude qui conseille aux plus de 65 ans un apport conséquent de protéines et en particulier de viande, nous avons fouillé la presse sur ce sujet très disputé.

Un jour on vous prescrit la consommation de viande pour maigrir, le lendemain on la proscrit parce qu’elle favorise le surpoids. Ici, on la bannit, car elle accroit les risques cardiovasculaires, là on vous suggère qu’elle limite celui d’AVC. En matière de nutrition, il est difficile de se faire une idée, tant les publications se suivent et ne se ressemblent pas.

Ces derniers temps, la viande rouge n’avait pas bonne presse, mais une étude récente rappelle qu’en fonction de l’âge, les apports protéiques doivent être plus ou moins importants. Ils sont essentiels chez les plus jeunes, pour développer leur masse musculaire, chez les femmes enceintes, et, comme vient de le confirmer une enquête menée à Bordeaux, chez les plus de 65 ans. Les protéines protègent en effet les seniors de la fragilité. Il s’agit, écrit l’INSERM, d’une « incitation forte à consommer suffisamment de protéines », idéalement par une alimentation carnée.

Ce faisant, comme en témoigne la sélection de liens ci-dessous, la viande n’a pas que des bienfaits. En tout état de cause, il s’agit de se modérer.

Quand et comment absorber des protéines

• “Manger des protéines est crucial pour les muscles après 65 ans », résume Le Figaro à propos du communiqué de l’INSERM.

• Ce qui est bon pour les seniors ne l’est pas à tout âge. Ainsi une étude relayée par PourquoiDocteur déconseille aux quadras et quinquagénaires d’en abuser.

• « La viande, le poisson ou les oeufs, c’est une à deux fois par jour », recommande le Programme national nutrition santé (PDF).

Débat sur les protéines Diététique : le débat sur les protéines rebondit 

Il n’y a pas que la viande

• Les protéines végétales ont aussi un rôle à jouer. “Elles réduisent la mortalité cardiovasculaire”, en manger plus “peut vous sauver la vie”, écrivent respectivement PourquoiDocteur et Le Figaro.

• Dans la presse féminine, très diserte sur les questions diététiques, on lira avec intérêt les dossiers de Marie-Claire et Cosmopolitan sur les différentes sources de protéines.

L’abus de chair peut coûter cher

• Mais on gardera à l’esprit, qu’en abuser, sous forme de viande rouge ou transformée, présente des dangers : cancers, insuffisance rénale, vieillissement prématuré, diabète de type 2 et même dépression

 

Crédits photos : © Piotr Marcinski – WavebreakMediaMicro / Fotolia.com