Les boissons énergisantes sont-elles à proscrire ?

Selon une récente étude, le cocktail alcool et boisson énergisante produirait des effets aussi dévastateurs que la coke sur le cerveau des ados. De là à les interdire, la question mérite d’être posée.

Cependant que la consommation de boissons dites « énergisantes » explose, la presse se fait régulièrement l’écho d’études scientifiques mettant à mal le mythe marketing selon lequel ces produits, saturés de caféine, de taurine et autres perturbateurs du système nerveux, seraient bons pour le corps et l’esprit.

Comportements à risque, crises psychotiques, atteinte des reins, du foie ou encore du cœur… Les soupçons sont nombreux et de plus en plus inquiétants. Selon la dernière publication en date, les cocktails alcool-boisson énergisante, très prisés en soirée, auraient des effets similaires à ceux de la cocaïne et les mêmes conséquences délétères sur les cerveaux en cours de développement.

Soyons clairs : pas plus que les précédentes, cette étude, menée sur des souris, n’apporte de preuve irréfutable de la nocivité des « energy drinks » et les autorités n’ont pas fini de tergiverser à leur sujet. Il n’empêche, vu le faisceau de présomptions, qu’à titre individuel, vous-même et plus encore vos enfants n’avez rien à perdre à boycotter les boissons énergisantes.

• Niveaux d’excitation hors normes, altération neurochimique, comportements addictifs à l’âge adulte… VSD résume les conclusions de l’étude qui fait le rapprochement entre le mix vodka-redbull et la cocaïne.

• Sans rapport, mais concomitant : une autre publication scientifique, relayée par Le Quotidien du Médecin, fait état d’une hépatite aigüe, vraisemblablement liée à la surconsommation.

• Sur la composition type des boissons énergisantes et les risques associés, on lira avec intérêt la synthèse assez sobre du Docteur Bonne Bouffe.

• Entre interdiction originelle sur le marché français, autorisation au nom du droit européen et autres rebondissements, on mesurera sur le site de l’Agence nationale de sécurité alimentaire à quel point le débat est compliqué.

• Enfin, sans voir le mal partout, mais sans angélisme, on méditera avec le magazine Conso Globe sur « Les méchants petits secrets de Red Bull ».

 

Crédit photo : © Ariwasabi / Fotolia.com